Anniversaire de Waterloo: La France se distance nettement de démesures napoléoniennes

Éduqué en France, j’ai appris à l’école que Napoléon était un grand homme. J’ai toujours été surpris par la hâblerie anglaise et la façon plutôt objective avec laquelle les Américains jugent Napoléon. L’héritage anglo-saxon explique peut-être cette façon de voir américaine qui tranche avec celle des Français, respectueux sinon admiratifs des faits et exploits de l’Empereur.

Quels que soient les sujets, les Anglais sont souvent acerbes lorsqu’ils jugent les Français. Cette rancœur date peut-être des années napoléoniennes. Quelles que soient les raisons de cette âpreté, ils critiquent avec un mordant souvent remarquable. Mais par-dessus les opinions d’outre-Manche pointent des aspects de l’histoire napoléonienne qui ne viennent pas spontanément en tête aux Français. Voici ici la façon anglaise de juger la bataille de Waterloo. L’auteur semble oublier les noms de rues francaises qui gardent vivante la gloire de Napoléon. En tous cas, préparez-vous !

Par Hugh Schofield pour Nouvelles BBC, Paris

18 Juin 2015

L’influence de Napoléon sur la société française se fait sentir jusqu’à ce jour.

Avant que de trop nombreuses plaisanteries se répandent sur une France qui bouderait les commémorations de Waterloo, laissez-moi ajouter quelques correctifs.

C’est un fait, Paris envoie seulement un ambassadeur pour marquer la dernière des batailles de Napoléon. Mais est-ce si surprenant?

Après tout, la France a perdu. Mais, le Royaume-Uni se vante-t-il de Yorktown?

[La bataille qui se termina le 19 octobre 1781 à Yorktown, en Virginie, fut la dernière grande bataille terrestre de la Guerre d’Indépendance américaine. Ce fut une victoire décisive, par une force alliée de soldats de l’Armée Continentale américaine dirigée par le général George Washington et les troupes de l’Armée française dirigées par le comte de Rochambeau, sur une armée britannique commandée par le lieutenant général Charles Cornwallis.]

666L’amiral de Grasse et sa flotte française dans les Caraïbes apportèrent leur contribution à la bataille de la Baie de Chesapeake, qui conduisit directement à la reddition britannique à Yorktown.]

777

 

Au cours des 10 dernières années, l’anniversaire est arrivé régulièrement tel un son de cloche, même si la France n’a pas plus d’appétit pour s’attrister sur la dernière humiliation de Napoléon, que de se pavaner sur ses considérablement plus nombreux triomphes : Marengo, Austerlitz, Friedland, Wagram

Mais mis à part un peu d’analyse historique ici et là, le fait est que personne dans la vie publique en France ne juge cela très important.

Mauvaise ou brillante

Et c’est bien sûr, causé par l’inconfortable position que Napoléon Bonaparte tiendra toujours dans la conscience de la Nation.

Pour tous les historiens quelque soit le pays, Napoléon est quelqu’un qui doit être discuté et débattu à l’infini.

Deux biographies de Napoléon, par Philip Dwyer et Andrew Roberts, sont apparues en Grande-Bretagne au cours des deux dernières années et ont pris des vues diamétralement opposées.

Pour Dwyer, il est un homme fondamentalement mauvais. Pour Roberts, il est fondamentalement brillant.

Les Britanniques organisent une série d’événements anniversaires, y compris une reconstitution de la bataille.

Les mêmes arguments font rage dans l’Hexagone, mais avec la différence que la France vit toujours sous son influence.

8

 Peut-être fait-on trop cas de l’héritage de Napoléon dans la vie civile. Beaucoup de ses réformes, tel que le Code civil et la mise en place des départements faisaient de toute façon partie de la réorganisation postrévolutionnaire.

Plus significative est la mémoire nationale de la gloire et de la grandeur attachée à cette unique figure héroïque.

 

 

66

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette idée n’a jamais disparu de la vie politique française, même si bien sûr, nombreux sont ceux qui honorent l’idée en dénigrant l’homme. L’histoire française a pendant 200 ans offert une analyse des tentations et des dangers d’un sauveur national.

Issu de l’empereur, Napoléon III a été suivi par Pétain puis De Gaulle tandis que d’une aversion à Napoléon sorti la Troisième République et la Gauche populaire.

La Cinquième République d’aujourd’hui est un malheureux compromis. Un président élevé à un statut quasi monarchique qui en théorie est contenu par les institutions.

Mais aujourd’hui, le pays est en grande difficulté, et l’aspiration à un nouveau «grand leader» n’a certainement pas disparu.

Et c’est là la raison principale pour laquelle les gouvernements français préfèrent rester distants d’idées napoléoniennes.

Des événements marqueront le 200ème anniversaire de la bataille de Waterloo qui vit le 18 juin 1815 la défaite de Napoléon Bonaparte par le duc de Wellington.

Les deux hommes avaient 46 ans, et de formidables réputations militaires lorsqu’ils se sont affrontés sur le champ de bataille.

La bataille commença à 11h00 et finit à 20:30.

 

55

 

 

 

 

11

 

 

 

 

 

 

Le facteur décisif qui mena à la victoire historique de Wellington fut l’arrivée par l’Est des forces prussiennes.

Un Napoléon vaincu fut envoyé en exil à l’île de Sainte-Hélène, où il mourut en 1821.

 7

You may also like...

Leave a Reply