France’s Punch Drunk Unions – Les syndicats détraqués de France

The Wall Street Journal

30 septembre 2014-10-01

Boire de l’alcool tout en dirigeant le trafic ferroviaire est devenu un droit de l’homme en France.

Une ouverture sur l’Amérique, c’est aussi avoir un aperçu sur la façon dont les Américains perçoivent les Français. Le Wall Street Journal n’est certes pas l’ami de la gauche et ses points de vue sont pour le moins conservateurs. Mais il m’a semblé que ce regard sur la France du journal valait la peine d’être considéré.

Punch drunk, dans le titre de cet éditorial, peut se traduire de plusieurs façons tel que : un peu fou, fou-fou, ou encore ivre à ne plus tenir debout. J’ai trouvé plus avisé de traduire l’expression Punch Drunk par : détraqué, ce qui n’est pas incorrect. Voici donc ma traduction de cet article écrit par le conseil éditorial du Wall Street Journal du 30 septembre sous la rubrique Review & Outlook, [Revue et perspectives].

 Ne vous inquiétez pas si le train que vous attendez à Paris arrive à une gare autre que celle où vous l’attendiez, ou même s’il ne se présente pas du tout: les cheminots exercent leur droit fondamental de boire au travail. Ils se dessouleront plus tard.

C’est, en quelques mots, la position prise par la Confédération Générale du Travail, [CGT], et deux autres syndicats français qui la semaine dernière se sont mis en grève après que deux employés du réseau de chemin de fer de l’État aient été suspendus pendant deux jours sans solde pour avoir bu du punch au rhum tout en opérant les aiguillages des trains. Quatre autres cheminots impliqués ont reçu des avertissements et deux autres cas disciplinaires étaient encore en cours lorsque la grève a été déclenchée.

a2

L’incident rhum-et-rail s’est produit l’an dernier à un poste d’aiguillage au nord de Paris, mais la vidéo en ligne est apparue plus récemment au sein d’efforts déployés par le gouvernement pour promouvoir la sobriété sur le lieu de travail. Un aiguilleur a admis avoir envoyé un train vers un quai déjà occupé, risquant ainsi un accident qui aurait pu être catastrophique.  « Heureusement, le mec a reconnu son erreur à temps, » a-t-on rapporté. « Le rhum me monte à la tête», a dit un autre aiguilleur. « C’est un peu étrange, » renchérit un troisième.

a8

Si en France, vous êtes pris en flagrant délit d’ébriété au volant vous devrez faire face à de lourdes amendes, à la suspension de votre permis et peut-être même à un séjour en prison. Mais si vous êtes pris en flagrant délit d’ébriété alors que vous contrôlez le trafic ferroviaire, la CGT vous défendra contre ce que le syndicat appelle «la répression exécutive” des chemins de fer.

L’extrémisme syndical français n’est guère nouveau, mais cet exemple particulier arrive à un moment où le président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls, cherchent à réformer les lois du travail du pays. Au sein des débats sur la fin de la semaine de 35 heures et des efforts pour accorder une plus grande souplesse dans les négociations des contrats entre employeurs et salariés, la protection des travailleurs en état d’ébriété symbolise tellement de ce qui ne va pas dans l’économie française. Ainsi, il est difficile de licencier des travailleurs qui mettent en danger la sécurité publique.

a3

Personne ne cherche à diminuer le pouvoir des syndicats librement organisés de négocier au nom de leurs membres. Mais en ce qui concerne le favoritisme juridique en faveur des syndicats, il est temps que la France se dégrise.
r1

You may also like...

Leave a Reply