Le salaire minimum de 15 $ n’améliore pas seulement la vie. Cela la sauve.

Un salaire vital est un antidépresseur.

C’est une aide au sommeil.

C’est une nourriture.

Un soulagement du stress.

C’est un contraceptif,

Qui prévient la grossesse chez les adolescentes.

Qui prévient la mort prématurée.

Et protège les enfants de la négligence.

Par MATTHEW DESMOND

Le New York Times

En 2014, Julio Payes travaillait 80 heures par semaine sur deux emplois à temps plein. Un résident permanent du Guatemala arrivé aux États-Unis avec un visa de travail, Payes a travaillé à Emeryville, en Californie, une ville prise en sandwich entre Oakland et Berkeley, d’environ 12 000 habitants et de près de 22 000 emplois. Il commençait ses journées avec l’équipe dite du cimetière, dans un McDonald’s ouvert 24h sur 24h, où il a servi des hamburgers et des frites à partir de 22h00. Il avait ensuite deux heures pour se reposer et prendre une douche. Puis il se dirigeait vers Aerotek pour se rendre partout où le service temporaire l’envoyait entre 8h et 16h.

Pour rester éveillé, il se remplissait de café et de sodas. Pour chaque emploi il était payé au salaire minimum.

« Je me sentais comme un zombie », m’a dit Payes. Sans Énergie. Toujours triste. » Ainsi, pour satisfaire ses besoins essentiels, il devait travailler jusqu’à 16 heures par jour, sept jours par semaine. À l’époque, lui, sa mère et ses deux frères et sœurs partageaient une seule pièce non meublée.

C’était une famille très unie, mais l’horaire de travail de Payes le tenait à distance. Une fois, son plus jeune frère, Alexander, qui avait 8 ans à l’époque, lui a dit qu’il économisait de l’argent.

– « Je veux acheter une heure de ton temps», lui dit son frère. »

Il se souvient que son frère lui demandait :

– Combien pour une heure à jouer avec moi?

Payes le regardait les armes aux yeux. Peu de temps après, Payes s’est évanoui d’épuisement dans l’allée d’une épicerie. Il avait 24 ans.

C’est à peu près à ce moment-là que le conseil municipal d’Emeryville a commencé à reconsidérer le salaire minimum de la ville. La ville d’Oakland venait de passer une initiative de vote visant à augmenter le salaire minimum de $9 à $12,25 l’heure, et Emeryville a décidé de l’égaler. Ensuite, la maire, Ruth Atkin, a commencé à se demander si sa ville pouvait faire plus, transformant le salaire minimum de la ville en un salaire plus proche du minimum vital. Quand Payes a eu vent de cette possibilité, il a commencé à prier. Il a prié pendant les offices du dimanche et du mercredi, où il a dansé et crié au gré des émotions. Il a prié au cours des moments calmes à la maison.

– « Dieu croit en la justice », a-t-il déclaré. « J’ai la Foi. Mais j’ai aussi un sens de la politique. »

Payes est devenu actif dans la campagne politique du combat pour les $15 de l’heure. Il a participé à des marches et autres démonstrations de forces collectives.

– « La première fois que nous avons fait la grève, je me suis senti très nerveux », a-t-il déclaré.

Mais quand il apparut dans son uniforme de travail et a vu une masse de travailleurs du fast-food,des milliers de personnes, il a retrouvé sa voix. Cela ressemblait à une église.

Les décideurs ont répondu. Un mardi soir historique de mai 2015, le conseil municipal d’Emeryville a décidé d’augmenter le salaire minimum de la ville pour atteindre jusqu’à environ 16 dollars de l’heure en 2019. Il s’agirait du salaire minimum le plus élevé du pays, dépassant celui de San Francisco et de Seattle.

Le minimum d’Emeryville pour les lieux de travail jusqu’à 55 employés est passé à $13 USD l’heure en 2016, puis à $14 USD l’heure en 2017, et à $15 USD l’heure en 2018. Le 1er juillet 2018, il atteindra $16 USD de l’heure pour toutes les entreprises.

  Aujourd’hui, Julio Payes travaille à plein temps comme préposé aux chambres dans un grand hôtel et à temps partiel comme caissier à Burger King.

Payes gagne maintenant $15 de l’heure chez Burger Kinget $15,69 comme préposé aux chambres.

– « Cela a eu un grand impact sur ma vie” », a-t-il déclaré.

Les payes peuvent désormais se permettre de travailler moins, environ 48 heures par semaine lorsque la situation est lente et 60 heures quand elle ne l’est pas. Il dort davantage et peut maintenant faire de l’exercice en se promenant dans le parc.

– « Je me sens mieux », dit-il simplement.

Pendant des années, les responsables politiques américains ont débattu du salaire minimum sur le marché du travail. Les économistes ont fait le tour de la question en posant les mêmes questions sur la manière dont les hausses de salaires pour les travailleurs les plus pauvres :

  • Réduiraient l’emploi,
  • Augmenteraient les prix ou
  • Reduiraient les heures.

Ce que la plupart des gens ne se sont pas demandé, c’est :

– comment une augmentation des travailleurs à faible salaire affecte-t-elle leur vie ?

Mais récemment, un petit groupe de chercheurs dispersés à travers le pays a commencé à se pencher sur cette question longtemps négligée, en s’intéressant plus particulièrement sur :

– les effets d’un salaire minimum plus élevé sur la santé publique.

Une étude nationale réalisée en 2011 a montré que les travailleurs peu qualifiés reportaient moins de besoins médicaux dans les États où les taux de salaire minimum étaient les plus élevés. Dans les États où les salaires sont élevés, les travailleurs sont plus en mesure de payer les soins dont ils ont besoin.

– Dans les États où les salaires sont le plus bas, les travailleurs manquent leurs rendez-vous médicaux.

considérons la recherche sur le tabagisme :

– Les grosses boites du tabac ciblent depuis longtemps les communautés à faible revenu, où vivent actuellement trois fumeurs américains sur quatre, mais des études ont montré de solides preuves que :

– l’augmentation du salaire minimum est associée à une diminution des taux de tabagisme chez les travailleurs à faible revenu.

Des salaires plus élevés atténuent le poids de la pauvreté, libérant les gens de la capacité de cesser de fumer.

Les enfants sont parmi les principaux bénéficiaires des augmentations de salaire minimum. Une étude de 2017 coécrite par Lindsey Bullinger, professeure adjointe à la School of Public Policy du Georgia Institute of Technology, Institut de Techologie de l’état de Georgie a constaté qu’une augmentation du salaire minimum de $1 US réduirait de près de 10% le nombre de rapports de négligence des enfants.

Les salaires plus élevés permettent aux parents qui travaillent à bas salaire :

– d’allumer les ampoules et de remplir le réfrigérateur ; à défaut, le tribunal peut engager des poursuites pour négligence.

– Ces études montrent les externalités positives de l’augmentation du salaire minimum sur des conséquences graves, telles que la réduction des abus envers les enfants, a déclaré Bullinger, soulignant avec éloquence l’obsession des économistes face aux négativités externes causés par la hausse du salaire minimum.

La liste continue. Des études ont établi :

–  un lien entre l’augmentation du salaire minimum et la diminution du nombre de bébés présentant un faible poids à la naissance,

– une baisse du taux de consommation d’alcool chez les adolescents et une diminution du nombre de naissances chez les adolescentes. Une étude de 2016 publiée dans l’American Journal of Public Health, Journal Américain de Santé e Publique a révélé qu’entre 2008 et 2012, entre 2,800 et 5,500 décès prématurés survenus à New York auraient pu être évités si le salaire minimum de la ville avait été fixé à $15 USD, au lieu d’a peu près $7 de l’heure. Ce nombre représente une personne sur 12 parmi toutes les personnes décédées prématurément au cours de ces cinq années.

Le stress chronique qui accompagne la pauvreté peut être vu au niveau cellulaire. Il a été lié à un large éventail de conditions défavorables, des problèmes de santé maternelle jusqu’à la croissance tumorale. Des salaires plus élevés apportent un soulagement indispensable aux travailleurs pauvres. L’auteur principal de l’étude de 2016, Tsu-Yu Tsao, directeur de la recherche au département de la santé et de l’hygiène mentale de la ville de New York, se dit avoir été très surpris par l’ampleur des résultats. Il n’est au courant d’aucun médicament sur le marché qui soit proche d’avoir un tel effet.

Un salaire minimum de 15 $ est

  • un antidépresseur.
  • C’est une aide au sommeil.Une alimentation.
  • Un soulagement du stress.
  • C’est un contraceptif, empêchant les grossesses précoces.
  • Il empêche la mort prématurée.
    • Il protège les enfants de la négligence.

Mais pourquoi?

La pauvreté peut être une implacable, source de honte et d’épuisement. Lorsque les gens vivent si près de l’essentiel, un petit recul peut rapidement dégénérer en traumatisme majeur.

– Le fait de prendre quelques jours de retard sur le loyer peut entraîner des frais de retard considérables, qui peuvent conduire à une expulsion et à l’itinérance.

– Une amende pour excès de vitesse non payé peut entraîner une suspension du permis de conduire, ce qui peut entraîner la perte du seul moyen de transport utilisé pour se rendre au travail.

De même :

– les augmentations de salaire modestes ont un impact profond sur le bien-être et le bonheur des personnes.

La pauvreté ne sera jamais réduite à bon marché. Mais cette vérité ne devrait pas nous empêcher de reconnaître la puissance avec laquelle les travailleurs réagissent à des augmentations de revenus relativement faibles.

You may also like...

Leave a Reply