Les personnes âgées et la conduite automobile: Quand faut-il mettre le frein ?

18 janvier 2019

Le Prince Philip âgé de 97 ans vient d’être impliqué dans un accident de voiture en dehors de Londres. Pour les familles du monde entier, l’incident soulève des questions bien trop familières.

Le prince Philip a renversé sa Land Rover jeudi dans un accident de voiture sur une route rurale au nord de Londres. Il en est sorti indemne ; deux femmes dans une camionnette proche ont souffert des égratignures et un poignet cassé.

On ne sait pas exactement ce qui s’est passé ou qui était en faute. Le prince a déclaré à des policiers sur les lieux qu’il a été aveuglé par le soleil pendant qu’il conduisait sur une artère principale.

L’incident a suscité une certaine réflexion sur la discussion :

– à quel moment un conducteur âgé devrait-il envisager de rendre les clés de sa voiture ?

Si la question parait familière, elle a depuis longtemps tourmenté les familles, aux États-Unis comme en France, sans aucun doute.

Au fil des années, les journalistes du Times ont beaucoup écrit sur ces épineuses questions. Voici quelques réflexions sur une controverse qui ne va pas disparaître de sitôt.

 

La conversation sur les clés de la voiture

La « conversation sur les clés de voiture » est celle que les familles et soignants craignent le plus. 36% des enfants adultes interrogés par le site américain Web Caring.com et le Conseil national de la sécurité ont déclaré qu’il serait plus difficile aux États-Unis, de parler à leurs parents de la nécessité d’arrêter de conduire que de discuter de projets funéraires (29%) ou de vendre le domicile familial (18%). ).

Les médecins devraient-ils empêcher les patients de conduire ?

Hélas, le guide des conseils à donner mentionne les grandes difficultés que les médecins rencontrent à ce sujet et combien il leur serait plus facile de n’avoir rien à faire avec cette décision. Dans l’état actuel des choses, les médecins doivent s’attaquer à des lois qui, aux États-Unis, varient d’un État à l’autre en fonction de divers problèmes :

– Comment l’évaluation des conducteurs âgés, diffère-t-elle de celle des plus jeunes conducteurs ?

– Est-il obligatoire ou facultatif pour les médecins de signaler leurs préoccupations;

– Comment les médecins sont-ils censés s’y prendre ?

– Comment trouver le bon équilibre entre confidentialité et sécurité

– Les docteurs encourent-ils une responsabilité juridique si, d’une part, ils alertent les autorités ou d’autre part, s’ils se taisent et qu’un accident se produit par la suite ?

Vrai ou faux ? Les conducteurs âgés échouent aux tests de conduite ?

La plupart des conducteurs âgés conduisent aussi prudemment que quiconque.

Je voudrais que cela soit vrai, étant donné la dépendance sur l’automobile des Américains de tous âges.

Mais quelques pommes pourries, en particulier celles qui sont au volant malgré une mauvaise vision ou un dérangement mental, font des erreurs et produisent des statistiques démontrant que, par kilomètre parcouru, les conducteurs de plus de 75 ans sont presque aussi dangereux que les adolescents.

Des chercheurs australiens, utilisant une nouvelle méthode pour évaluer le comportement des personnes au volant, en viennent à la conclusion que les erreurs graves sont monnaie courante. «Nous constatons une augmentation omniprésente des erreurs de conduite avec l’âge», a déclaré Kaarin Anstey, psychologue à la Australian National University et auteur principal du rapport, récemment publié dans la revue Neuropsychology.

Ma solution au problème de la conduite est la suivante :

 – Le vandalisme !

Se faufiler dans le garage de ma mère pour désactiver le moteur de sa Honda Accord 1997 n’était pas quelque chose que j’imaginais dans mon rôle de fille responsable des soins d’un parent en mauvaise santé.

J’avais toutes les autorisations légales possibles pour protéger sa santé et sa sécurité, y compris les procurations médicales et légales qui m’ont permis de résoudre les problèmes de paperasse, de gérer les réparations de la maison et de participer aux décisions médicales. J’ai découvert que le fait de jouer avec son permis de conduire était un énorme Non-Non statutaire dans l’État de New York.

Un contrat pour arrêter de conduire

Je suis intrigué par l’idée d’établir un contrat de conduite familial par lequel une personne âgée, qui est peut-être encore un très bon conducteur, reconnaît qu’avec les changements liés à l’âge :

– Il se peut qu’un jour, les avantages de continuer à conduire soient contrebalancés par les risques que je pose pour la sécurité, non seulement pour moi-même, mais aussi pour les autres automobilistes.

Par ce document, le conducteur désigne un membre de la famille ou un ami de confiance qui l’avertira lorsqu’il devra arrêter de conduire ou de ne continuer qu’avec certaines restrictions. Il s’engage à écouter et à accepter la recommandation de cette personne. Finalement, le chauffeur âgé, son conseiller désigné et un témoin, ou plusieurs, apposent leur signature.

Conduire en état de déséquilibre mental

 Prenons la question de savoir si les personnes atteintes de légère démence – et pas seulement les conducteurs plus âgés – devraient être au volant. Les cliniciens peuvent présenter aux patients et à leurs soignants les données montrant que, en tant que groupe, les patients atteints de légère démence présentent un risque nettement plus élevé de conduite dangereuse et devraient donc fortement envisager de cesser de conduire, suggère un nouveau rapport.

Cependant, il a également noté que plusieurs études ont montré qu’un nombre considérable de personnes atteintes de légère démence – 41% à 76%, selon les études – pourraient passer un examen de conduite de la route. Étant donné que dans de nombreuses régions le fait de ne pas être capable de conduire peut conduire à l’isolement et à une foule d’autres problèmes réels, ces personnes devraient-elles être obligées d’abandonner leur voiture ?

Après avoir conseillé pendant des années aux autres conducteurs de renoncer aux clés de leur voiture, entraînant souvent une perte d’autonomie, d’isolement et de dépression (ainsi que des conflits familiaux), les experts en matière de conduite s’efforcent désormais d’aider les personnes âgées à choisir des véhicules adaptés à leurs besoins physiques, à leurs handicaps et certaines pertes sensorielles ou cognitives.

Une alternative à la remise des clés de voiture

Bien que l’idée de la remise des clés fasse frémir certaines personnes, la perception commune selon laquelle le seul choix à faire est d’ignorer les difficultés rencontrées par les conducteurs âgés et de leur retirer les clés de la voiture est un faux jugement.

– Notre pensée évolue, a déclaré Jodi Olshevski, gérontologue et directrice exécutive du Center for Mature Market Excellence, Centre de l’Excellence des Marchés adultes de la compagnie d’assurance Hartford.

– Nous ne cherchons pas seulement à faire la transition entre le conducteur et le passager, mais également à donner aux conducteurs les moyens de prolonger leur conduite le plus longtemps possible.”

Des voitures plus sûres aident les conducteurs âgés à rester sur la route

Après avoir conseillé pendant des années aux autres conducteurs de renoncer aux clés de leur voiture, entraînant souvent une perte d’autonomie, de l’isolement et de la dépression (ainsi que des conflits familiaux), les experts en matière de conduite s’efforcent désormais d’aider les personnes âgées à choisir des véhicules adaptés à leurs besoins physiques, leurs handicaps et certaines pertes sensorielles ou cognitives.

Une alternative à la remise des clés de voiture

Bien que cette idée soit effrayante pour certaines personnes, la perception commune selon laquelle le seul choix à faire est d’ignorer les difficultés rencontrées par les conducteurs âgés et de retirer les clés de la voiture est fausse.

 

Insurance Institute for Highway safety L’institut d’assurance pour la sécurité e la route

 

Les conducteurs âgés de 70 ans et plus ont un taux d’accident par kilomètre parcouru plus élevé que les conducteurs d’âge moyen, mais pas autant que les jeunes conducteurs.

 

Le nombre de conducteurs âgés de 70 ans est en augmentation. À mesure que les baby-boomers vieillissent, les personnes âgées constituent une proportion plus importante de la population qu’avant et les conducteurs âgés conservent leur permis plus longtemps.

 

Malgré leur nombre croissant, les conducteurs âgés sont impliqués dans moins de collisions mortelles que par le passé. Au total, 4 792 personnes âgées de 70 ans et plus sont décédées dans des collisions en 2016, soit 18% de moins qu’en 1997.

 

Beaucoup de conducteurs âgés limitent leur conduite. Les enquêtes montrent qu’en vieillissant nombre d’entre eux font moins de kilomètres et évitent de conduire la nuit ou en situations difficiles. Certains États exigent le renouvellement du permis en personne pour les conducteurs plus âgés afin d’identifier plus facilement ceux qui ne devraient pas conduire ou qui devraient avoir un permis restreint.

You may also like...

Leave a Reply